Publié le 1 octobre 2019

ENTREVUE AVEC MÉLANIE LÉONARD

Q : Vous êtes présentement directrice musicale de l'Orchestre symphonique de Sudbury. Vous avez été chef en résidence (2009-2012), puis chef associée (2012-2013) du Calgary Philharmonic Orchestra. Parlez-moi de vous un peu. 

Je me suis toujours intéressée aux arts. J'ai fait du ballet dans ma jeunesse et de la danse de compétition dans ma vingtaine. J'ai aussi fait une majeure en arts visuels et une mineure en théâtre au Cégep (programme arts et lettres). Cette pluralité artistique nourrit ma démarche musicale. La musique a sa place particulière dans l'écosystème culturel. 

Ce qui me rend heureuse dans mon métier, c’est de pouvoir communiquer par la musique et apporter une expérience positive aux gens – les toucher profondément. Il y a une grande dimension humaine dans la musique et dans le leadership. Être chef invitée auprès de plusieurs orchestres au Canada me permet de côtoyer différents musiciens et de rejoindre différents publics. Pour moi, c'est une grande chance et une grande richesse.

Dans mes temps libres, j'aime faire du kayak, de la moto, de la randonnée en montagne et jouer à des jeux vidéo.

Q : C’est votre première collaboration avec Les Violons du Roy à titre de chef invitée, comment entrevoyez-vous cette rencontre ?

C’est un bel et grand honneur de pouvoir me joindre à ce groupe de musiciens passionnés et talentueux. Chaque fois que je dirige un ensemble différent, j'en garde des éléments humains et artistiques qui enrichissent mon parcours. J'ai hâte de travailler avec eux. Je me sens très proche de la sensibilité des compositeurs au programme. J'ai aussi hâte d'aller à la rencontre du public et de partager avec eux ces chefs-d'œuvre.

Q : Quel chemin vous a mené dans cette carrière remarquable ?

Je me suis consacrée à une variété d'expériences artistiques. Je me suis questionnée sur l'essence de ce qui me rendait heureuse. Au cœur de mon amour pour la musique, il existe un échange et un partage humain qui me nourrit. J'ai compris que je ne pouvais vivre sans m'exprimer sur scène à travers la musique et j'ai poursuivi sur cette voie. J'ai aussi réalisé que j'avais beaucoup d'idées, que j'aimais travailler en équipe et que j'aime assumer un rôle de leadership. La direction d'orchestre me permet de vivre chacune de ces facettes de façon complémentaire. 

Après avoir terminé mon doctorat à l'Université de Montréal, mon métier m'a fait voyager à travers le Canada. Depuis plus de 10 ans maintenant, j'ai eu la chance de travailler avec des orchestres tels que l'Orchestre Métropolitain, l'Orchestre symphonique de Toronto et l'Orchestre du Centre national des Arts d'Ottawa.

Q : Quelle est l’idée, ou encore le fil conducteur, derrière ce concert Mozart en Scandinavie ?

Le thème de fond du concert est la musique des compositeurs nordiques. En poussant cette idée encore plus loin, nous invitons aussi le public à découvrir le lien surprenant qui existe entre Mozart et cette région nordique. Nielsen, entre autres, vouait une grande admiration pour Mozart et ce dernier a eu une grande influence sur son œuvre.

Q : Quelle est votre pièce coup de cœur dans ce programme et pourquoi ? Qu’est-ce qui vous plaît dans ce projet et pourquoi ?

C'est tellement difficile de répondre à cette question. Je les aime toutes, mais si je dois absolument choisir, j'irais avec la Petite suite pour orchestre à cordes de Nielsen. Le premier mouvement me rejoint beaucoup dans son romantisme un peu sombre et est en sublime contraste avec l’exubérance joyeuse du dernier mouvement. C'est aussi une œuvre à découvrir, car on ne l'entend pas souvent en concert et j'adore faire découvrir au public des œuvres que j'aime.

Q : Que pensez-vous va surprendre le public de ce concert ?

À quel point on entend l'influence de Mozart dans  certains passages de l'œuvre de Nielsen.

Q : Pour quelle raison on ne devrait absolument pas manquer le concert ?

Pour entendre des œuvres de grands maîtres plus rarement jouées en concert (Nielsen et la Canzonetta de Sibelius) et pour redécouvrir les œuvres de Grieg et de Mozart. Aussi, parce que chaque concert est une invitation à être présent dans le moment et c'est précieux de s'accorder cette pause. La musique est un art qui se vit un moment présent à la fois.

(Photo de Mélanie Léonard par Sergio Veranes)

MOZART EN SCANDINAVIE

W.A. MOZART Divertimento, K.136
C. NIELSEN Petite suite pour orchestre à cordes
J. SIBELIUS Canzonetta, op. 62a
E. GRIEG Suite Holberg, op. 40

BÉAUTÉS BOREALES AVEC STÉPHANE TÉTREAULT

C. NIELSEN Petite suite pour orchestre à cordes
P. NØRGÅRD Pastorale
P. VASKS Klatbutne (Présence) pour violoncelle et orchestre à cordes
P.I. TCHAÏKOVSKY Andante cantabile
E. GRIEG Suite Holberg, op.40